Anne with an E

107615.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx-e1501246048539.jpg

Créer par Moira Wallet-Becket

Avec Amybeth McNulty, Lucas Jade Zumann, R.H. Thomson

Durée:  60 min

Genre: Drame


Résumé (allociné) :

L’histoire d’une jeune fille adoptée qui se bat envers et contre tout pour se faire accepter et gagner l’affection de son nouvel entourage. En 1890, une adolescente qui a été maltraitée des années durant en orphelinat et par un chapelet de familles d’accueil atterrit par erreur dans le foyer d’une vieille dame sans enfant et de son frère. Avec le temps, Anne, 13 ans, va illuminer leur vie et celle de leur petite communauté grâce à son esprit fantasque, sa vive intelligence et son imagination débordante.


Mon avis:

Il y a quelques jours, j’écrivais sur le livre Anne. Pendant, ma lecture j’ai découvert l’existence de cette série, mais je ne voulais pas la voir avant d’avoir fini le livre.

Connaissant l’histoire grâce au livre et à l’adaptation avec Megan Follows, j’avais un peu peur de ce que j’allais voir.

J’ai retrouvé l’esprit qu’il fallait dans cette adaptation. On est bien à Avonlea avec Anne et les Cuthbert. Je trouve que les acteurs ont été bien choisi. La rousse Anne, la stricte Marilla, le Timide Matthew, la belle Diana…

On suit les mésaventures d’Anne, ses joies et ses peines. Amybeth McNulty est parfaite pour le rôle. Elle a l’énergie qu’il faut pour incarner Anne. téléchargement (5).jpg

Je ne vais pas m’attarder sur l’histoire. J’ai tout autant aimé que le livre.

Je vais toutefois faire un point sur les différences. Tout d’abord, il y a des flash-backs qui permettent de voir ce qu’Anne a vécu avant d’arriver aux pignons verts. Ces moments étaient plus sous-entendus dans le livre. On découvrent ainsi que malgré sa joie de vivre, Anne est quelqu’un d’extrêmement sensible et effrayée de mal faire. Elle a peur d’être « méchante ». On s’attache encore plus à Anne. 064799.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx-472x600.jpg

Les 2 premiers épisodes suivent le livre mais ensuite il y a une réécriture. Certains passages qui n’existent pas (ou qui auront lieu dans les prochains tomes). Ces rajouts ont amené un plus dans l’histoire. Grâce à cela, on voit l’attachement de Marilla et Matthew envers Anne, on voit rapidement les bêtises et leurs conséquences, certains passages sont moins dramatique que dans le livre, d’autre plus drôle…

Je reste cependant sceptique sur un rajout concernant la famille Blythe. Ce passage permet à Anne et Gilbert de passer au-dessus de leur rivalité, dans le livre c’est un autre passage, alors qu’Anne à 16 ans qui permet cela. Jusque là, cette rivalité leur a permis de se diriger vers un avenir prometteur (et des scènes assez drôles). Sans cette rivalité, comment choisiront-ils leur avenir. J’ai hâte de voir ça dans la prochaine saison. Anne-with-an-E-season-2-Netflix-release-date-trailer-cast-anne-of-green-gables-979119.jpg

 

Anne … la maison aux pignons verts

couv49607825

Anne… la maison aux pignons verts

Auteur: Lucy Maud Montgomery

Editeur: Zethel

Parution: 7 juin 2016

Pages: 472

Genre: Classique, Jeunesse

Date de lecture: 17 juillet au 4 août


Résumé:

Sur le quai de la gare, Matthew attend l’orphelin qui doit les aider, sa soeur Marilla et lui, à la ferme. Mais c’est une petite rouquine aux yeux pétillants qui se présente … N’ayant pas le coeur de la renvoyer, Matthew la ramène à Avonlea. Extrêmement attachante, Anne va rapidement séduire son entourage par son courage, sa détermination et sa débrouillardise. S’amuser de la magie des mots, rire de ses propres défauts (ah, ces cheveux roux!), s’émerveiller face à la nature.


Mon avis:

Je connais l’histoire d’Anne grâce aux téléfilms de 1989, que j’adore et que j’aime regarder avec toujours le même plaisir. J’étais parti pour acheter un tout autre livre quand mon regard est tombé sur une couverture bien jolie. Le choc quand j’ai vu qu’il s’agissait d’Anne. Je n’ai jamais trouvé ce livre en librairie. Je n’ai pas hésité un instant et je l’ai pris. Je n’ai aucun regret.

C’est un livre que j’ai adoré.

Il se lit très vite, on est dans l’histoire dès le départ. On voit les paysages d’Avonlea, les pignons verts. On sent le froid en hiver et le soleil d’été. Je me suis retrouvé dans l’histoire avec ses personnages.

Anne est un personnage vraiment attachant, malgré son bavardage incessant. J’entendais la voix du téléfilm à chacun de ses passages, je pense que ça m’a permis de mieux l’apprécier. Tout au long du livre elle évolue. Elle passe d’une petite orpheline de 11 ans, utilisant de grands mots, n’ayant pas la même éducation que les autres ou le même point de vue, libre de tout grâce à son imagination à une adolescente de 16 ans, plus calme, intelligente, aimé de tous mais gardant toujours cette imagination pour améliorer son monde.

Marilla et Matthew Cuthbert sont aussi des personnages attachants. Marilla, vieille fille stricte à l’esprit pratique se retrouve face à une jeune fille vive, rempli de rêve. Matthew, lui est timide, il a peur des femmes et encore plus des petites filles. Anne égaillera leur vie de ses grands discours, de ses bêtises et de son affection pour sa toute première vraie famille.

J’ai été touché par cette famille. Matthew et Marilla n’ont pas le même sang qu’Anne, mais elle est leur famille, leur trésor. Le fait que l’arrivée d’Anne soit une erreur rajoute de l’émotion à cette histoire.

On découvre aussi la vie à cette époque, au début du 20eme s, sur une petite île canadienne. La vie quotidienne rythmé de thé, de travaux de ferme, de promenade dans la nature, d’école, de jeu…

J’ai ris, j’ai pleuré, j’ai angoissé et j’ai passé un excellent moment auprès des Cuthbert. La saga compte 8 livres et j’espère que Zethel continuera à les publier.

Bilan Juillet 2017

Bonjour à tous. J’espère que votre mois de juillet aura été plein de soleil, par chez moi c’est surtout la pluie qui est au rendez-vous. Heureusement, j’ai pu passer de bon moment.

  • J’ai été voir au cinéma:

    J’ai aimé l’humour de Baywatch et son côté parodique de la série. En ce qui concerne, I Wish, c’est un film d’horreur pas du tout horrifique qui se laisse regarder.

  • J’ai vu  Joséphine et sa suite Joséphine s’arrondit je conseille si vous voulez passer un moment de détente. Ainsi que Hors Contrôle.  

  • Coté lecture, j’ai fini le pays des contes 4 de Chris Colfer

 

 

Grimm: une bonne surprise

Il y a un peu plus d’un mois, sur les conseils d’une amie, j’ai décidé de laisser sa chance à une série que j’ai longtemps dédaigné. Il s’agit de Grimm.20191826.jpg

Créer par David Grennwalt et Jim Kouf

Avec

David Giuntoli, Silas Weir Mitchell, Sasha Roiz…

Nombre de saison: 6 (statut terminé)

Durée:  42 min

Genre: Fantastique, policier


L’histoire (allociné):

Lorsqu’il découvre qu’il est l’un des derniers descendants des Grimm, une lignée de chasseurs dont les célèbres récits ne sont pas des contes mais des faits réels, l’inspecteur Nick Burckhardt se met en quête de ces créatures surnaturelles susceptibles de faire du mal aux humains. Pour Nick, c’est un monde nouveau dont il ignore les règles qu’il lui faut affronter. Il est heureusement aidé par Eddy Monroe, un ancien loup-garou féroce qui reste dans le droit chemin grâce à un savant mélange de médicaments, un régime et des séances de fitness…


Mon avis:

Lorsque j’ai lu le résumé à sa sortie en 2011, je me suis dit que c’était trop ressemblant avec supernatural. Un flic qui chasse des monstres, accompagné de son collègue/ 2 frères qui chassent des monstres… Je me suis lourdement trompée.

Ici, nous découvrons Nick, inspecteur de la police de Portland, au moment où il apprend qu’il est le descendant des Grimm, que les créatures des contes existent et qu’il est de son devoir de les tuer. Seul problème, on ne sait qui est une créature que lorsqu’il se transforme et essaie de vous tuer. Même à ce moment, seul un Grimm peut voir cette transformation ( sauf exception) images (7)

Bien sur tout n’est pas si simple. Nick se rend vite compte que tout les Wessen (les créatures) ne sont pas dangereux, mais qu’elles sont très nombreuses. Il devient alors le premier Grimm à avoir des amis Wessen et à tenter d’aider ceux qu’il peut.

J’avoue, j’ai eu du mal avec la moitié de la première saison. Mais au fur et à mesure, un fil conducteur est mis en place. On découvre de plus en plus ce monde caché, ses codes, ses coutumes… C’est un monde qui évolue en même temps que le nôtre, avec plus ou moins de succès.

620x349.jpg

J’adore le côté balourd de Monroe, loyal de Rosalee, celui sombre de Nick, curieux de Wu, charismatique de Sean et surtout Adalind, qui au cours des saisons montrent une personnalité des plus intéressantes. Je la préfère à Juliette, petite amie de Nick, qui au final lui cause plus de soucis qu’autre chose. Même au niveau du jeu. J’ai trouvé que David Giuntoli (Nick) et Claire Coffee ( Adalind) avaient plus d’alchimie que David Giuntoli et Bitsie Tulloch (Juliette), sa femme dans la vraie vie… téléchargement (4).jpg

Les épisodes sont en majorité sombre, mais on retrouve toujours des petits moments calmes, drôles, même si on se demande parfois pourquoi les scénaristes vont dans telle ou telle direction, qui ne nous semble pas très logique.

Au final des saisons, Nick n’est plus seul dans son combat. Grimm, Wessen, humain vont s’unir pour protéger la ville de Portland.

Cela fait un  mois que je regarde et j’en suis déjà à la 5ème saison sur les 6 qui existent. On peut dire que j’aime bien!


 

Le pays des contes, tome 4 : Au-delà des royaumes

Le-pays-des-contes

Le pays des Contes, tome 4, au-delà des royaumes

Auteur: Chris Colfer

Editeur: Michel Lafon

Parution: 12 mai 2016

Pages: 378

Genre: Jeunesse, Fantasy

Date de lecture: 25 juin au 14 juillet 2017


Résumé:

Depuis que l’homme masqué lui a échappé, Alex n’a qu’une obsession: le retrouver. Sauf qu’elle a été déchue du Conseil des fées et que tous refusent de croire que cet homme est une véritable menace.

Heureusement, elle peut compter sur l’aide de son frère jumeau Conner, de Boucle d’Or, du Petit Chaperon Rouge et de la Mère l’Oie. Grâce à eux, elle découvre le plan démoniaque de son ennemi: en possession d’une potion capable de transformer n’importe quel livre en portail vers d’autres univers, il part recruter une armée de méchants de la littérature afin de conquérir le pays des Contes…


Mon avis:

Enfin! J’ai enfin lu ce tome qui attendait dans ma PAL depuis sa sortie. Ce que je peux en dire c’est que l’auteur a de la suite dans les idées. J’ai juste adoré ce tome.

Alex et Conner se retrouvent à chasser l’homme masqué à travers différentes histoires de la littérature de notre monde. On découvre ainsi le pays d’OZ, la forêt de Sherwood, Camelot et le pays des Merveilles. Les personnages que nous connaissons ne ressemblent pas forcément à ce que nous avions en tête.

Les personnages sont toujours attachants, cette fois-ci j’ai particulièrement apprécié le Petit Chaperon Rouge et la mère l’Oie.

L’action et les révélations sont bien présent. On découvre l’identité et le passé de l’homme masqué. Une vraie surprise. On saute de livre en livre, en même temps que les personnages et avec la même urgence de vouloir savoir si le pays des Contes pourra être sauvé.

En parallèle, nous suivons Bree, l’amie des jumeaux, qui cherche un moyen de retourner au pays des Contes et qui découvre des mystères cachés depuis longtemps.

Avec une fin pareil, je n’ai qu’une hâte, me procurer le prochain tome.

Ginette Kolinka: une famille française dans l’Histoire

couv13809968.jpg

Auteur: Philippe Dana

Editeur: Kero

Parution: 22 septembre 2016

Pages: 219 p

Genre:  Témoignage

Date de lecture: du 15 au 16 juillet 2017


Résumé:

Dans l’entrée se tiennent des civils qui parlent français, des messieurs avec des chapeaux, vêtus d’un manteau de cuir : la Gestapo est chez nous. Ils sont trois autour de mon père, de mon petit frère Gilbert et de mon neveu Jojo qui étaient sur le point de partir à l’école. Je me souviens leur avoir demandé : “Qu’est ce qui se passe ?” Ils répondent : “Vous êtes juifs !”

Ginette Kolinka a 19 ans quand elle est déportée avec son père, son frère et son neveu à Auschwitz II-Birkenau. Ginette, devenue matricule 78599, y restera plus d’un an. C’est la seule de sa famille qui reviendra de l’enfer des camps.
À son retour, elle se mure dans le silence. Même à son fils Richard Kolinka, batteur du groupe Téléphone, elle ne dira pas ce qu’elle a enduré. Mais un voyage en famille à Auschwitz va l’aider à raconter l’horreur. Aujourd’hui, à 91 ans, elle témoigne.


Mon avis:

J’ai eu envie de lire ce livre après avoir vu une interview de Ginette Kolinka dans un quotidien. Je l’ai trouvé tellement pétillante que la couverture du livre est restée gravée sur ma rétine. Alors quand je suis aller faire un tour dans ma librairie, il m’a tout de suite fait de l’oeil et je l’ai pris.

C’est un beau travail de mémoire que l’on découvre ici. L’auteur, Philippe Dana, animateur de « ça cartoon » pour ceux qui connaissent, nous raconte ici l’histoire de Ginette Kolinka. De sa vie avant la déportation, pendant et après.

Chaque chapitre commence par un court extrait d’un journal de l’époque. On passe de moment d’insouciance à la peur de la guerre, à la propagande et enfin à la libération. On entre ainsi dans le contexte du chapitre et on apprend des « petites » choses de l’histoire. Saviez-vous qu’un journal avait demandé à Charles Trenet de faire une prise de sang pour prouver sa filiation non-juive, car le sang juif est médicalement différent des autres… C’est toutes ces « petites histoires » qui permettent de comprendre un peu plus la « grande histoire ».

En plus de cela, Philippe Dana entrecoupe son récit de la parole de Ginette. Son histoire, ses mots, son émotion, son passé.

On connaît tous l’histoire des camps et son horreur. Pendant, 50 ans elle n’en a pas parlé. Ni à son mari, qui lui avait été fait prisonnier de guerre durant 5 ans, ni à son fils, ni à ses soeurs survivantes. Un jour, elle est allé à Auschwitz avec sa famille, et ce fût une révélation pour elle. Il fallait qu’elle en parle, qu’elle explique ce qu’il s’est passé, comment des personnes affaiblies ont pu survivre, pourquoi ils ne se sont pas rebellés… Avec ce livre, ses visites dans les écoles et à Auschwitz, elle témoigne de son vécu, tout en discrétion, en dignité, pour perpétuer sa mémoire et ne pas commettre les mêmes erreurs.

Je finis quand même sur un chapitre qui ne m’a pas plu. C’est celui sur son fils. Je n’ai pas vu l’intérêt de parler autant de la formation du groupe Téléphone. De sa passion pour la batterie et de son enfance, oui, mais j’ai trouvé que la création du groupe n’avait pas sa place dans le livre.

T.A.G PKJ de l’été

livres_0Bonjour à tous.

Qui dit changement de saison, dit nouveau Tag Pocket Jeunesse. Alors c’est parti pour ce petit questionnaire.

1) Quelle a été votre première lecture de l’été?

Lorsque l’été est arrivé j’étais en pleine lecture d‘Eric Le Nabour avec à l’ombre de nos larmes. Un roman que j’ai adoré.

2) Citer un livre qui évoque un souvenir d’été.

La saga Ewilan de Pierre Bottero. Je me souviens encore lire un tome sur la plage, aller chercher le suivant le lendemain à la médiathèque, lire à la plage…

3) Citer un livre qui se passe en été.

Quatre filles et un jean d’Ann Brashares. C’est un auteur que, pour une raison inconnue, je ne lis qu’en été.

4) Citer un livre dont la couverture évoque l’été.

Euh…L’île des oubliés de Victoria Hislop.téléchargement (1).jpg

5) Citer un livre qui se passe dans un endroit ou vous aimeriez passer des vacances.

C’est de la truche mais il suffit de regarder juste au dessus.

6) Citer deux livres qui vous conseillez pour l’été.

Je vais citer 2 auteurs Meg Cabot et Les Rick Riordan. J’ai toujours passé un excellent moment en les lisant.

7) Avec quel personnage de roman aimeriez-vous partir en vacances?

Je ne sais pas. Quelqu’un qui aime découvrir des paysages, des endroits différents. Pour qui vacances ne riment pas avec farniente tout les jours. Je ne vois pas de personnages comme ça.

Bilan Juin 2017

Bonjour à tous. Voici mon bilan de juin 2017. J’en suis plutôt contente.

  • J’ai été voir au cinéma

    J’ai aimé le style « jeux vidéo » du roi Arthur, le « retour aux sources » de pirates des Caraibes. J’ai été surprise par Everything, everything, mais déçue des incohérences de Wonder Woman, même si j’ai apprécié le film.

 

  • J’ai vu  Baby Boss et Tous en scène:

    et revu, Palais Royal et Percy Jackson 1:

  • couv52854693

A l’ombre de nos larmes

couv41957534.jpgAuteur: Eric Le Nabour

Editeur: France Loisirs

Parution: 2013

Pages: 354 p

Genre:  Drame

Date de lecture: du 19 au 24 juin


Résumé:

En Bretagne, sur l’île aux Moines, Jeanne n’a que 4 ans lorsque ses parents périssent dans un incendie. A partir de ce jour, la filette se réfugie dans un mutisme total. Maltraitée par sa famille d’accueil, elle est sauvée par le Dr Joseph Mérieux, qui va lui transmettre sa vocation.

La petite fille au destin brisé parviendra-t-elle à se reconstruire après des années de calvaire? Et pourquoi le directeur de presse d’un grand quotidien nantais s’intéresse-t-il tant à elle et son passé?


Mon avis:

J’ai pris ce livre chez France Loisirs mais sans grande conviction. Ce n’est pas vraiment le genre de livre que je lis mais l’histoire m’a attiré. Et quelle surprise. J’ai dévoré ce livre.

D’un côté, on rencontre Jeanne, 8 ans, dans la ferme de son oncle et sa tante. Cela fait 4 ans qu’elle y vit. Depuis la mort de ses parents dans un tragique incendie. Maltraitée, Délaissée et incapable de parler, on ne sait pas ce qu’elle va devenir. Jusqu’au jour où un docteur croise son chemin et décide de la prendre sous son aile. Grâce à lui, Jeanne revit, mais n’arrive pas à se souvenir de la mort de ses parents. On suit le parcours de sa vie. De l’enfance à l’âge adulte.

De l’autre côté, on trouve Antoine Leridan, directeur du journal l’Avenir, qui demande à l’un de ses journalistes d’enquêter sur le drame de l’île aux Moines. On découvre alors au fil de l’histoire, les mystères entourant Jeanne.

Les personnages de « gentils » sont attachants, tandis que les « mauvais » le sont réellement, et d’une manière tout à fait subtil. J’ai aimé la relation entre Jeanne et Joseph. Entre amour filial et peur de l’attachement. Ils deviennent le centre du monde de l’autre.

L’écriture est agréable. Tout du long, on suit l’enquête, on change de piste au gré des informations, et jusqu’à la fin on ne se doute pas vraiment de ce qu’il s’est passé sur l’île aux Moines. L’auteur va droit au but. Il ne passe pas par de nombreuses pistes infructueuses. On découvre une information qui permet d’aller à une autre, et ainsi de suite, jusqu’à l’explication final.

En bref, une très bonne lecture.

 

La passe-miroir, tome 3, La mémoire de Babel.

couv7225099Auteur: Christelle Dabos

Editeur: Gallimard

Parution: 1 juin 2017

Pages: 496 p

Genre:  Fantasy, jeunesse

Date de lecture: du 7 juin au 18 juin


Résumé:

2 ans et sept mois qu’Ophélie se morfond sur son arche d’Anima. Aujourd’hui, il lui faut agir, exploiter ce qu’elle appris à la lecture du livre de Farouk et les bribes d’informations divulguées par Dieu. Sous une fausse identité, Ophélie rejoint Babel, arche cosmopolite et joyau de modernité. Ses talents de liseuse suffiront-ils à déjouer les pièges d’adversaires toujours plus redoutables? A-t-elle la moindre chance de retrouver la trace de Thorn?


Mon avis:

Je crois bien que c’est mon tome préféré de la saga. J’ai dû me freiner pour ne pas le lire trop vite.

On retrouve Ophélie sur Anima. Isolée, déprimée, loin du Pôle, de Thorn et surveillée. Elle décide de se reprendre en main et part pour Babel, sous une fausse identité. Là-bas elle prend conscience de bien des secrets sur son monde. Babel détenant la réponse de bien des mystères.

J’ai apprécié le changement d’Ophélie. Pour se fondre dans la population de Babel, elle doit changer son style et comme elle le dit elle-même, sent un poids en moins sur ses épaules. Elle se doit alors de prendre sur elle et de faire face, avec une nouvelle assurance, à tous les obstacles qui l’empêchent d’atteindre ses objectifs.

Thorn reste égal à lui-même. Un être froid extérieurement mais un volcan à l’intérieur.

Des autres personnages, on ne suit pas beaucoup les aventures. On voit Bérenilde, Roseline et Archibald de temps en temps, mais c’est surtout Victoire, la fille de Bérénilde qui est intéressante. Elle va surement nous surprendre dans les prochains tomes.

L’écriture est facile à lire. Je ne me suis pas ennuyé une minute. Tout est rondement mené entre suspens, action, explication…

Ma lecture peut se résumer par « noooon!!! » « olalala »,  » c’est pas possible ». et cette fin!!!!! Juste Ouah! Vivement le 4ème tome.