Entre mes mains le bonheur se faufile

entre mes mains annec.jpgAuteur: Agnès Martin-Lugand

Editeur: Pocket

Parution:  mai 2015

Pages: 288 p

Genre:  Contemporain

Date de lecture:  1 au 7 juillet 2018


Résumé:

Iris étouffe dans sa petite vie étriquée de la bourgeoisie de province. Un mariage qui se délite, un métier frustrant, elle s’échappe dans des drapés vaporeux et de sages petites robes sur mesure. La couture est son refuge, la machine suivant la cadence de son cœur apaisé. Jusqu’au jour de l’explosion, lorsque Iris découvre que ses parents lui ont volé ses aspirations de jeunesse.

Alors elle déchire le carcan et s »envole pour suivre la formation dont elle rêvait. Et, de fil en aiguille, sous l’égide autoritaire de l’élégante Marthe, Iris se confectionne une nouvelle vie, dans l’exubérance du Paris mondain.


Mon avis:

On suit ici, Iris qui découvre lors d’un repas de famille que ses parents lui ont caché sa lettre d’admission dans une grande école de mode. Pour eux, elle s’est conformé à une vie stable de bourgeoise, femme de médecin, travaillant dans une banque. Plus ou moins soutenue par son mari, Pierre, elle décide de rentrer dans une formation de 6 mois à Paris, dans l’atelier de Marthe. A partir de ce moment, sa vie va changer.

J’avais vraiment apprécié les gens heureux et sa suite, je n’ai pas hésité avant de plonger dans ce livre. Et pourtant, j’ai été déçu. Là où les précédents me faisaient refermer le roman avec un sourire, celui là m’a laissé perplexe. J’ai aimé le début, de la découverte du mensonge au premier pas dans l’Atelier de Marthe, ensuite ça se complique…

J’ai trouvé l’histoire plutôt cliché. Iris petite provinciale timide qui sous l’aile de la magnifique Marthe devient une femme du monde en un temps assez record. De plus, le sujet central est la couture, pourtant on n’en apprend pas beaucoup sur ce monde. Tout semble facile pour Iris, en une semaine elle montre qu’elle a des talents de styliste exceptionnels, se retrouve avec un carnet de commande des plus grandes mondaines parisiennes et surtout arrive à les finir à temps, seule et à une vitesse…

Les personnages sont aussi assez clichés. Iris est la femme de médecin soumise, son époux occupait par son travail, Marthe égocentrique et excentrique, et Gabriel, celui qui mettra son grain de sel dans la vie conjugale d’Iris… Seule surprise (et encore), la relation entre Gabriel et Marthe, et le secret que cette dernière cache.

L’écriture reste agréable à lire. Pour une lecture sans prise de tête, c’est un bon roman.

Publicités

Le premier miracle

le premier miracle

Auteur: Gilles Legardinier

Editeur: Flammarion

Parution:  5 octobre 2016

Pages: 506 p

Genre:  Thriller

Date de lecture:  du 8 juin au 1 juillet 2018


Résumé:

Karen Holt est un agent du gouvernement britannique au sein d’un service de renseignements très particulier. Benjamin Horwood est un universitaire qui ne sait plus trop où il en est. Elle enquête sur une spectaculaire série de vols d’objets archéologiques à travers le monde. Lui passe ses vacances en France sur les traces d’un amour perdu. Lorsque le vénérable historien qui aidait Karen à traquer les voleurs hors norme meurt dans d’étranges circonstances, elle n’a pas d’autre choix que de recruter Ben, quitte à l’obliger. Ce qu’ils vont vivre va les bouleverser. Ce qu’ils vont découvrir va les fasciner. Ce qu’ils vont affronter peut facilement les détruire…


Mon avis:

J’avais adoré Demain, j’arrête et j’ai plusieurs livres de cet auteur dans ma pile à lire. Lorsqu’une collègue m’a parlé de ce Thriller, je me suis dis pourquoi pas. Malgré ma lecture assez lente, quelle idée de commencer à 23h30, j’ai profité d’un week-end pour lire les 3/4 du roman.

Nous suivons ici Ben, qui se retrouve à remplacer son ancien enseignant décédé au sein d’un service secret britannique. Accompagné de l’agent gouvernemental Karen, ils découvrent un secret datant de plusieurs millénaires susceptibles, entre de mauvaises mains, de changer la face du monde.

L’histoire est rapide dans la succession des lieux et des découvertes. Nous sommes transportés en Irlande, En Egypte, aux Etats-Unis…Pas le temps de s’ennuyer. Une vraie chasse au trésor est en cours. D’indices en indices, on se retrouve à la fin avec des révélations plus au moins surprenantes. Tout du long, je ne me suis pas douté de qui étaient les « méchants » jusqu’à la quasi fin, où un secret est découvert, et m’a mis la puce à l’oreille. Dommage, au moment de la révélation, je n’étais pas aussi surprise que prévu. Tandis que le premier miracle a été facile à deviner.

Les personnages côté « gentils » sont attachants. Benjamin pour cacher ses émotions fait preuve d’un humour dans les moments les plus difficiles, face à Karen qui est une agent professionnelle de la tête aux pieds, cela donne des situations assez drôles. Fanny, le grand amour secret de Ben, est intelligente et connaît par cœur son meilleur ami, elle se retrouve embarquée dans cette aventure, et jamais n’abandonnera ses recherches. West, lui, est le militaire au cœur tendre qui ne veut qu’aider le meilleur ami de sa fiancée.

Côté méchant, c’est autre chose. On ne les voit qu’à la fin et pour ma part, je n’ai pas pu m’y attacher ou les détester. Plutôt un sentiment d’indifférence.

J’ai passé un excellent moment avec ce roman. L’auteur utilise de véritable fait historique afin d’appuyer son récit. D’ailleurs, à la fin, il énumère tous les livres qu’il a utilisés pour être le plus fidèle possible à la réalité historique. Il a même une section sur son site internet sur les faits qu’il cite.

Bilan Juin 2018

Bilan

Petit bilan pour ce mois de Juin.

  • J’ai vu:

J’ai adoré les figures de l’ombre. 

Ferdinand est beaucoup moins « sérieux » que ce que je pensais. J’ai adoré. J’ai passé un bon moment devant Tomb Raider même si une personne normale n’aurai pas survécu au quart de ce qu’il lui arrive. ^^ Pour finir, je me suis ennuyée devant La La Land, j’ai même avancé le film à certains moments. Je ne comprends pas l’engouement pour ce film.

  • J’ai lu:

Après ma lecture difficile de Chess Tomb, j’ai juste lu le premier miracle de Gilles Legardinier.

Je n’ai pas encore choisi mon prochain livre. J’hésite encore entre plusieurs livres ^^


Dans 2 semaines, je suis en vacances, j’espère pouvoir lire et voir plein de film!

Les figures de l’ombre

les figures de l'ombre.jpg

Titre : Les figures de l’ombre

Réalisateur : Theodore Melfi

Avec : Octavia Spencer, Kevin Costner, Taraji P. Henson, Janelle Monae

Genre : Drame, Biopic

Durée : 2h07

Sortie : 8 mars 2017


Résumé: (allociné)

Le destin extraordinaire des trois scientifiques afro-américaines qui ont permis aux États-Unis de prendre la tête de la conquête spatiale, grâce à la mise en orbite de l’astronaute John Glenn.

Maintenues dans l’ombre de leurs collègues masculins et dans celle d’un pays en proie à de profondes inégalités, leur histoire longtemps restée méconnue est enfin portée à l’écran.


Mon avis:

Voilà un film qui me faisait de l’oeil depuis sa sortie.

Les figures de l’ombre traite d’un fait historique. L’histoire se situe au moment de la conquête spatiale, où chaque avancé technologique des soviétiques obligent les Etat-Unis à revoir leur protocole. Dans cette lutte à la suprématie, on découvre trois scientifiques de la NASA, elles sont « calculatrices », c’est-à-dire qu’elles calculent les données que les ingénieurs tous hommes et tous blancs leur envoient. Du fait de leur condition de femme et de personnes de couleur, elles font face au sexisme et au racisme de l’époque. Elles réussiront tout de fois à s’imposer.

Les figures de l’ombre montre bien la ségrégation et le sexisme qui existait à cette époque.Toutes les trois travaillent dans le bâtiment « noir » de la NASA à faire des calculs.Jusqu’aux affectations de poste.

Katherine se retrouve entourée d’hommes blancs et à devoir faire 800m pour aller au seul WC de couleur de la NASA. Elle n’est pas acceptée par tous ces hommes qui la considère inférieur.

Mary soutenu par l’ingénieur Kazimierz Czarnecki ,veut en devenir un, mais le seul moyen pour elle, c’est de prendre des cours dans une école de blanc.

figures 4.jpg

Dorothy tente de faire évoluer sa carrière avant de se faire remplacer par une machine IBM. Toutes se battent pour montrer qu’elles sont capables, pourtant leur histoire est resté dans l’ombre. figures 5.jpg

Le casting est génial. Octavia Spencer, Taraji P. Henson, Janelle Monae en scientifiques. Kristen Dunst en chef de service, Kevin Costner en chef du programme spatial et Jim Parsons en « binôme » de Katherine.

Je me suis laissée porter par ce film qui témoigne de la culture de l’époque aux Etats-Unis et du changement dans la façon de penser de certains. Après le film, je me suis renseignée, ces trois femmes ont eu un destin extraordinaire qui a été occulté par la suprématie masculine blanche et il est important de les faire sortir de l’ombre. *

les figures 1

Chesstomb

Chesstomb.jpg

Auteur: John Ethan Py

Editeur: L’homme sans nom

Parution:  2014

Pages: 390 p

Genre:  Fantastique, horreur

Date de lecture:  21 mai au 7 juin 2018


Résumé:

1922. Howard Phillips Lovecraft écrit une de ses plus étranges nouvelles : Herbert West, réanimateur.

2001.
Le meurtre atroce d’une famille plonge la ville de Chesstomb dans le deuil. Journaliste de renom, Shelby Williams vient y enquêter. Accumulant une somme de documents qui fera date dans l’histoire du journalisme d’investigation, il remonte peu à peu l’histoire de la ville. Jusqu’à cette fameuse année 1922 qui a vu la querelle de plusieurs médecins tourner au tragique. Le plus étrange : tout indique que le personnage de Lovecraft aurait son origine dans ce drame.

John Ethan Py accomplit la performance de mise en forme de ces documents presque oubliés, créant une œuvre vertigineuse, où le réel et l’imaginaire s’entremêlent avec une force insoupçonnée.


Mon avis:

Ce livre me tente depuis un certain temps, je n’avais lu que des avis positifs dessus. Quand je l’ai trouvé d’occasion je n’ai pas hésité à le prendre. Malheureusement…

Je suis sorti de cette lecture totalement perplexe. Vous avez déjà connu cette sensation d’avoir raté 10 min d’un film avant de vous rendre compte que vous aviez somnolé? Du coup, vous ne comprenez plus rien à l’histoire?  C’est exactement ce que j’ai ressenti durant toute ma lecture…

Ce roman commence par une préface de l’auteur expliquant qu’il a romancé les écrits d’une enquête journalistique de Shelby Williams. On commence l’histoire en 2001 par ce personnage qui va enquêter sur le massacre d’une famille de Chesstomb. Au fur et à mesure de ses recherches, il découvre ce qui ‘est passé à l’origine en 1920-1921. On suit alors Charles Foster Wade, HP Lovecraft, Herbert West et d’autres. Une fois l’origine révélée on retrouve Shelby Williams, un an après le massacre, il revient terminer son histoire et en apprendre plus sur ce qui s’est passé après son départ: un autre drame.

Le roman est écrit pour la partie 2001 avec les notes, la chronique et les lettres que Williams envoie à sa femme, ainsi qu’à des notes d’habitants. Pour la partie 1920, c’est les notes et lettres entre les personnages qui sont transcrites.

Bien qu’intéressante cette écriture et le nombre de personnages m’a totalement perdu. Je ne savais plus vraiment ce qui s’était passé les pages d’avant. Le fait de ne pas avoir de personnage principal m’a empêché de m’attacher à eux. Certaines scènes peuvent choquer mais je n’ai pas été plus « horrifié » que ça.

Je comprends tout à fait les avis positifs que j’avais lus. C’est un livre original et on veut savoir le mystère de ce massacre, mais je suis passé totalement à côté de ma lecture. J’ai même un petit blocage sur ma lecture suivante.

Bilan Mai 2018

Fin du mois signifie Bilan ^^

  • J’ai vu:

Action ou vérité est un film d’horreur sympa à voir.

La malédiction Winchester a pour sujet la célèbre maison Winchester et ses fantômes.

Qui n’a pas entendu parler de Vaiana, joli Disney qui m’a moins plu que prévu.

Black Panther m’a agréblement surpris.

L’échange des princesses est un peu mou mais s’appuie sur un fait historique souvent oublié.

Vous voulez un film sans prise de tête? Regardez Scream Girls où des adolescents se retrouvent coincés dans un film d’horreur.

 

Adèle et les noces de la Reine Margot

couv49252504.png

Auteur: Silène Edgar

Editeur: Castelmore

Parution:  2015

Pages: 285 p

Genre:  Jeunesse

Date de lecture:  20 mai 2018


Résumé:

Entre 2015 et 1572, Adèle doit choisir ! Adèle en a marre de ses parents, qui ne comprennent jamais rien. Au collège, elle préfère passer du temps avec ses copines qu’étudier. Aussi, quand elle apprend qu’elle doit lire un livre en entier pendant les vacances, c’est une véritable punition… Mais dans ses rêves, la nuit, l’impossible se produit ! Adèle est à la Cour, au XVIe siècle, au milieu des personnages de La Reine Margot ! Elle rencontre même un beau jeune homme… Ce qu’Adèle vit en 1572 vaut-il la peine de sacrifer ses amis et sa famille de 2015 ?


Mon avis:

J’ai dévoré ce petit livre comme j’avais dévoré 14/14 co-écrit avec Paul Beorn.
On suit ici Adèle, adolescente qui préfère voir ses copines qu’étudier au grand dam de ses parents, qui aimerait une fille « parfaite ». Lorsqu’elle est obligée de lire La Reine Margot, elle se retrouve transportée dans ses rêves au XVIe s, quelques jours avant la saint Barthélemy. Intriguée, elle commence à faire des recherches sur cette période de l’histoire.
J’ai eu des difficultés avec Adèle qui est vraiment l’enfant pourri gâté par excellence, mais au fil des pages, on découvre une jeune fille pleine de doute, en manque de tendresse et dans un deuil qu’elle n’arrive pas à faire. Ses rêves lui permettent d’échapper à sa vie.
L’écriture, tout comme pour 14/14 est fluide et agréable. En une après-midi au soleil, il était fini.  Ce n’est pas un livre historique mais l’auteur s’est renseigné sur l’époque. On peut ainsi entendre parler de la condition des femmes, de la médecine et des guerres de religion, agrémenté de peinture de l’époque. Ce livre est très bien pour les 10-13 ans, et permet d’expliquer le massacre de la saint-Barthelémy de manière plus attractive qu’un livre d’histoire classique.
J’ai hâte de lire les autres livres de l’auteur.

Damnès tome 1

damnes-tome-1-de-kate-lauren-livre-1124346444_ML

Auteur: Lauren Kate

Editeur: Bayard

Parution:  2010

Pages: 438 p

Genre:  Jeunesse Fantastique

Date de lecture: du 1 au 20 mai 2018


Résumé:

Lorsque Luce rentre à Sword & Cross, un lycée d’éducation surveillée, elle est d’emblée attirée par le ténébreux Daniel.
Dans cet endroit sinistre où les portables sont interdits, où les élèves ont un passé lourd et où des caméras surveillent les moindres faits et gestes de chacun, Daniel devient une obsession.
Mais le jeune homme évite Luce, qui est aussi courtisée par Cam, un beau brun aux yeux verts. Malgré sa fascination pour Daniel, Luce n’arrive pas à résister à Cam. Ce dilemme perturbe la jeune fille, déjà déstabilisée par la présence d’ombres, qui la poursuivent et l’inquiètent depuis l’enfance.
Tout est conçu pour que l’ordre règne à Sword & Cross, pourtant ce lieu deviendra le théâtre de drames troubles et mystérieux


Mon avis:

4 ans que ce livre traîne dans ma pile à lire. Il était temps que je l’en sorte.

On suit ici Luce, qui suite à un accident entraînant la mort d’un de ses amis se retrouve dans un établissement pour délinquant. Loin de ce qu’elle a connu jusque-là, elle se retrouve entourée par des adolescents plus ou moins à problème. Rapidement elle tombe sous le charme de Daniel, tout en n’étant pas insensible à Cam, le populaire de l’école. Plus le temps passe et plus les « ombres » qu’elles voient depuis l’enfance se manifestent.

J’ai bien aimé l’histoire. On sait très vite qui sont est le gentil et qui est le méchant. Ce qui n’est pas le cas des personnages secondaires. Jusqu’à la fin, on ignore qui soutient Daniel et qui soutient Cam. J’ai trouvé cela intéressant, cela permet des rebondissements imprévus pour une histoire plutôt prévisible.

Côté personnages, là j’ai eu un souci. Je n’ai pas réussi à m’y attacher …Seul Penn était attachante. La seule qui au final n’agit pas comme une adolescente clichée voulant sortir, draguer et souvent naïve. Elle est gentille, discrète et pourtant son plaisir c’est d’entrer par effraction dans les archives fouiller les dossiers de ses camarades.

L’écriture de l’auteur est agréable. Elle a fait comme choix de ne pas révéler le passé de Luce, Daniel, Cam et les autres. On sait qui ils sont mais pas pourquoi ils se retrouvent dans cette situation. Il n’y a pas beaucoup d’action, tout se passe vers la fin. Lauren Kate pose son décor lentement. Malgré une lecture mitigée, je suis tentée par la suite pour savoir ce qui s’est passé pour qu’ils en arrivent là. La saga comporte 5 tomes, à voir si les révélations ne traînent pas trop à arriver et si il y a plus d’actions que dans ce tome.

La part des flammes

la part des flammes

Auteur: Gaëlle Nohant

Editeur: France Loisirs

Parution:  2014

Pages: 560 p

Genre:  Fiction historique

Date de lecture: du 9 au 30 avril 2018


Résumé:

Violaine de Raezel rêve de participer à la vente de charité la plus mondaine de Paris, celle du Grand Bazar. Chaque année, pendant quelques jours, les jeunes  femmes de la haute société s’improvisent vendeuses tandis que le tout Paris se presse pour acheter une babiole. Mais Violaine a un passé et l’aristocratie la rejette… Cependant, grâce à l’intervention de la duchesse d’Alençon, elle parvient à réaliser son rêve. Sur place, elle fait la connaissance d’une belle et mystérieuse jeune fille, Constance d’Estingel, à l’âme passionnée et tourmentée. Mais un terrible incendie se déclare. Violaine et Constance parviendront-elle à s’échapper? Désormais, un lien indestructible va naître entre elle deux.


Mon avis:

Un véritable petit coup de coeur.

L’histoire commence en mai 1897 quelques jours avant l’incendie qui ravagea le Bazar de la Charité, avec comme victime des femmes de l’aristocratie dont la duchesse d’Alençon, soeur de Sissi, impératrice d’Autriche. Pour m’être intéressée depuis longtemps à la famille de Bavière, je connaissais cet événement, je me suis tout de suite intéressé à ce livre.

On suit ici 3 personnages. Violaine de Raezel, veuve, détesté de ses beaux-enfants et à la réputation ternie par les rumeurs. Constance D’Estingel, jeune aristocrate, se posant des questions sur sa vie. Sophie d’Alençon, grande dame charitable.  On découvre surtout Violaine et Constance qui se retrouvent liées grâce à la duchesse. Au final, elles n’ont pas beaucoup de passages ensemble, mais leur destin est lié pour toujours.

L’auteur ne nous épargne pas sur les détails de l’incendie, elle a fait de longue recherche et utilise des extraits de journaux de l’époque. Elle nous fait suivre la vie des femmes de l’époque. Les rumeurs qui peuvent détruire une réputation, le « soit belle et tais-toi ». Avec le drame de l’incendie, les personnages féminins se révèlent réellement, petit à petit. Son écriture est fluide et agréable à lire.

J’ai aimé la comtesse de Raezel. Elle a vécu des choses difficiles et la seule personne qui la comprenais, son mari, est décédé. Elle trouve en la Duchesse et Constance des âmes sœurs. Constance est plus effacée et la duchesse laisse planer son esprit autour d’elles. On les suit avant, pendant et après l’incendie qui bouleversa la vie des Parisiens.

C’est une fiction d’un fait historique vraiment agréable à lire et émouvant.

Bilan Avril 2018

C’est parti pour un rapide bilan du mois d’ Avril

  • J’ai vu
  • J’ai lu: